Fiche du livre

Psycho-Cybernetics

Maxwell Maltz

 

De nombreuses méthodes psychologiques d’entraînement utilisées par des athlètes de haut niveau reposent sur les concepts de la psycho-cybernétique. Le livre combine la technique cognitivo-comportementale consistant à enseigner à un individu comment réguler le concept de soi, en utilisant les théories développées par Prescott Lecky, avec la cybernétique de Norbert Wiener et John von Neumann. Le livre définit la connexion corps-esprit comme étant la clé du succès dans la réalisation des objectifs personnels.

Maltz a découvert que ses patients en chirurgie plastique avaient souvent des attentes insatisfaites de la chirurgie. Il a donc cherché un moyen de les aider en leur montrant l'intérêt de définir un objectif à partir d'un résultat positif en visualisant celui-ci. Maltz s'est intéressé aux raisons qui expliquent pourquoi les objectifs sont atteints. Il a appris que le pouvoir des techniques d'affirmation de soi et de visualisation mentale utilisait la connexion entre l'esprit et le corps. Il présente les techniques de développement d'un objectif intérieur positif comme moyen de développer un objectif extérieur positif. Ce focus sur les attitudes intérieures est essentielle, car le succès extérieur d’une personne ne peut jamais dépasser celui visualisé à l’intérieur d'elle.

 

Résumé du livre par Guillaume Buisson - Tous droits réservés

 

Laisse derrière toi ton passé.

Quel type de personne es-tu ? Quelqu’un de timide ? Quelqu’un de bavard ? Mais d’ou viennent ces croyances ? Peut-être un professeur, un parent ou encore des amis ?

Nous avons tous une image de nous-même qui reflète ce que nous pensons de nous. Certaines sont positives et d’autres empêchent d’aller de l’avant et de changer notre personnalité. Nous utilisons des expériences pour nous aider à comprendre le monde et très souvent nous nous considérons comme mauvais sans penser aux conséquences que cela peut avoir sur nous. Il est temps de voir les choses différement de tourner une nouvelle page.

 

Nous agissons selon l’image que nous avons de nous-même.

Chaque individu a une image de lui-même qui lui permet de savoir quel type de personne il est. Cette conception que nous avons de nous-même est très importante, elle contient nos croyances, fondées sur nos expériences, nos réussites et nos échecs. Ce type de perceptions sont cruciales puisque nous agissons comme ce que nous pensons être. Si vous vous considérez comme un échec, vous échouerez probablement. Inversement, si vous vous considérez comme ayant réussi, vous trouverez le moyen de réussir.

Mais comment ces images mentales de nous-même se sont-elles créées ?

C’est généralement pour une raison logique. Une personne peut se considérer comme un échec parce qu'elle a eu une mauvaise année scolaire après le divorce de ses parents. Tandis que certaines personnes peuvent facilement se remettre d’un tel événement et retrouver le tableau d’honneur en un rien de temps, d’autres se retrouvent piégées dans une image de soi qui leur dit qu’elles sont le genre d’étudiant qui reçoit des F. De cette manière, qu’elle soit bonne ou mauvaise, la formation d’une image de soi est cruciale pour tout ce qui suit dans la vie d’une personne.

Un autre exemple : l'auteur connaissait un homme qui souffrait de son apparence «laide»; il trouvait son nez trop large et ses oreilles coincées. Il soufferait parce qu'il sentait que d'autres le jugeaient pour son apparence particulière.

En réalité, cependant, les gens ne le jugeaient pas pour son apparence. C’est plutôt sa propre image négative qui le rendait non-attractif. Sa perception était les autres étaient méchants envers lui et cela le rendait méchant. Cependant, cette une boucle pourrait être brisée s'il renversait l’image négative de lui-même.

 

 

Nous sommes hypnotisés par des pensées négatives ; et si nous étions plus rationnels ?

Vous pensez probablement que l'hypnose est une cascade pour un numéro de cirque étrange. Mais chaque être humain est hypnotisé d'une manière ou d'une autre.

Après tout, le pouvoir de l'hypnose provient d’abord de la croyance et vous savez déjà à quel point les croyances peuvent être puissantes. Prenons l’exemple d’un ami de l'auteur, le Dr Alfred Adler, qui avait des difficultés en mathématiques à l'école, laissant croire à son professeur qu'il n'avait aucun talent à ce sujet. Ainsi, Adler a s’est mis à admettre cela comme un fait et les notes qu'il a obtenues prouvent que son professeur avait raison. Mais un jour, il a soudainement compris comment résoudre une équation complexe. Lorsqu'il a montré la solution à son professeur, il s'est rendu compte qu'il n'avait aucune difficulté à comprendre l'arithmétique. Sa confiance augmenta rapidement et il devint un meilleur étudiant en mathématiques.

 

Que s’est-il passé ?

Adler avait été hypnotisé par une fausse croyance à propos de lui-même. Des études ont prouvé que l'expérience d'Adler était typique de nombreux étudiants peu performants.

Les gens ont des croyances positives et négatives qui les hypnotisent de la même manière, et l’objectif est donc de dépasser les idées préconçues qui nous retiennent. Pour ce faire, il vous suffit d'exploiter le pouvoir de la pensée rationnelle.

Vos croyances négatives ne sont pas le résultat de faits ou d’expériences, mais plutôt les conclusions que vous en tirez. Par conséquent, la pensée rationnelle - qui est logique et consciente - peut être utilisée pour contrôler votre esprit inconscient.

Pour commencer à déraciner les croyances qui créent votre sentiment d'infériorité, demandez-vous pourquoi. Cela vous aidera à surmonter les évaluations irrationnelles et fausses telles que: «J'ai échoué hier; donc j’échouerai aujourd’hui. » Au lieu de cela, face à une telle pensée, vous pourrez constater que chaque jour est une occasion de tirer les leçons du passé.

 

Le corps humain contient une mécanique du succès qui est conduit par notre imagination.

Les gens ont souvent théorisé le corps comme une machine - un concept qui n’est pas si éloigné de la vérité. Tandis que les humains ne sont pas des machines en soi, notre corps est une machine que nous pouvons utiliser si nécessaire. L'auteur appelle ce phénomène psycho-cybernétique, une conception du cerveau et du système nerveux humains comme un servo-mécanisme ou une réponse automatique qui traite la rétroaction négative pour en guider le cours. Cette théorie fonctionne selon les principes de la cybernétique, l'étude des machines et de la mécanique.

En appliquant la psycho-cybernétique, nous pouvons découvrir de nouvelles idées sur le pourquoi et le comportement des humains. L'un de ces points de vue est que les humains ont un mécanisme intégré de réussite.

Réfléchissez à la manière dont un bébé pourrait essayer de prendre un hochet. Il ne peut faire appel à aucune information stockée basée sur des expériences antérieures. Par conséquent, sa main doit faire des va-et-vient jusqu'à ce qu'il puisse atteindre l'objet. Une fois qu’il réussit à saisir le jouet ou, en d’autres termes, à obtenir une réponse satisfaisante, il stockera la mémoire pour référence future. Avec le temps, il peut affiner son habileté à saisir, se remémorant lentement ses succès et oubliant ses échecs.

De même, ce type de mécanisme de réussite est en jeu lorsque nous travaillons à la réalisation de nos objectifs. Naturellement, l'activation de ce mécanisme est bénéfique et, pour commencer, nous devons utiliser notre imagination.

Le système nerveux humain ne peut pas faire la différence entre les expériences que nous imaginons et celles qui se produisent réellement. En conséquence, il réagit selon ce que nous croyons ou imaginons être vrai.

Les recherches du Dr Theodore Xenophon Barber de l’Université américaine de Washington dans les années 1950 ont révélé que les sujets hypnotisés subissaient facilement une opération chirurgicale sans anesthésie après avoir appris qu’ils ne pouvaient pas ressentir la douleur.

Ou prenez Artur Schnabel, un pianiste de concert de renommée mondiale qui a rarement pratiqué sur un piano réel. Au lieu de cela, il affinerait simplement son art dans sa tête. Il existe également des exemples comparables de joueur de fléchettes et de golfeur qui ont amélioré leurs compétences par la pratique mentale.

 

Nous pouvons stimuler notre créativité et devenir plus heureux

Qu'il s'agisse d'un blocage d'écrivain ou d'une session de brainstorming bloquée, il est courant de heurter des obstacles lors de la poursuite d'un projet créatif. La plupart des personnes créatives savent que lorsqu'un tel barrage routier se présente, la seule chose qu'ils peuvent faire est de se détendre et d'attendre que l'inspiration revienne.

Cette sagesse est parfaitement logique puisque les humains ont un mécanisme créatif très spécifique. Cela ne s'active que lorsque nous nous intéressons à la résolution d'un problème particulier, que nous réfléchissons consciemment au dilemme et que nous rassemblons toutes les informations pertinentes.

Une fois que nous avons suffisamment lutté avec le problème, nous en arrivons au point où une réflexion plus poussée ne peut que nous retenir. Ensuite, notre instinct de création intégré entre en jeu. En conséquence, nous avons nos meilleures idées lorsque nous ne travaillons pas activement.

Prenons le célèbre inventeur Thomas Edison. Chaque fois qu’il se heurtait à un problème qu’il ne pouvait résoudre, il faisait une petite sieste. Après ces brefs répits, il trouvait souvent la solution qu'il cherchait.

Ainsi, bien que la créativité ne soit pas fiable, nous pouvons la redémarrer en modifiant nos actions et nos pensées. Et la même chose vaut pour le bonheur. Voici comment :

La plupart des gens pensent au bonheur en termes d'avenir. Nous pensons que nous serons heureux une fois que nous serons mariés ou que nous aurons un meilleur travail. Mais le bonheur doit être pratiqué dans le présent. Nous devons d’abord reconnaître que le bonheur est un sentiment tout à fait interne, un produit de nos pensées et des attitudes que nous avons à leur égard.

Si nous sommes malheureux quand un conducteur nous klaxonne, c’est parce que nous avons choisi de réagir avec agacement et frustration, ce qui sape notre bonheur. Nous pouvons développer une habitude de bonheur en nous concentrant sur les points positifs et en abandonnant les points négatifs.

Edison fournit un autre bon exemple. Une fois, il a perdu son laboratoire de plusieurs millions de dollars dans un incendie et n'avait aucune assurance indemnisation. Néanmoins, il prit la décision d'éviter le malheur et commença plutôt à reconstruire dès le lendemain.

 

7 points pour se construire une personnalité à succès

Le succès n’est pas quelque chose que vous ne trouvez pas plus, mais l’échec et le succès sont le résultat de forces enfouies au plus profond de votre personnalité.

Les deux sont produits par des ensembles uniques d'éléments. Tout d’abord, vous découvrirez S.U.C.C.E.S.S (succès), un acronyme qui explique les éléments essentiels d’une personnalité réussie.

Vient d'abord un sens de l'orientation. Après tout, chaque être humain est un buteur et, tout comme un alpiniste, vous avez besoin d'un objectif à poursuivre. Lorsque vous atteignez le sommet proverbial, vous devez simplement aller de l'avant au prochain sommet.

Le deuxième trait est la compréhension. La plupart des échecs sont le résultat de malentendus, car les personnes déforment souvent les perceptions sensorielles de peur, d'anxiété ou de désir. Imaginez juste que vous voyez deux collègues en conversation. Dès que vous passez, ils lèvent les yeux et cessent de parler.

Vous pouvez facilement en déduire qu’ils bavardaient à votre sujet, mais c’est peu probable. C’est juste un exemple de la façon dont les sentiments peuvent modifier vos perceptions.

Le troisième trait nécessaire au succès est le courage. Après tout, ce n’est qu'en prenant des mesures courageuses que vous pourrez concrétiser vos rêves. Vous devez avoir le courage de soutenir vos idées en prenant des risques calculés. Si vous tardez à agir avant d’être certain, vous ne réussirez jamais à rien.

La quatrième caractéristique est la charité, car les personnes qui réussissent sont attentives aux problèmes, aux besoins, à la dignité et au respect de chaque être humain.

La cinquième vient en Estime parce que, si vous pensez «je ne peux pas le faire», vous ne pourrez jamais aller de l’avant. En conséquence, une faible opinion de soi n'est jamais une vertu, mais plutôt une menace pour votre succès.

Sixièmement, la confiance en soi. Un tel sentiment est fondé sur le succès. Il est donc essentiel de se souvenir de vos victoires passées et d’oublier vos échecs, qui menacent d’affaiblir votre confiance en vous.

Et finalement, l'acceptation de soi est le dernier pilier du succès. Sans vous réconcilier avec vos fautes et vos faiblesses, vous ne pourrez jamais atteindre ce que vous désirez.

Ces sept éléments composent une personnalité réussie. Ensuite, vous apprendrez les sept traits qui font échouer une personne.

 

Soyez conscient de ce qui provoque l’échec

Les facteurs qui conduisent à l'échec peuvent être facilement résumés par le mot ECHOUER lui-même.

Vient d’abord la frustration, qui survient lorsque vous sentez que vous ne pouvez pas atteindre un objectif important. Cela produit une prophétie auto-réalisatrice lorsque vous vous considérez comme incapable et êtes donc plus susceptible d'échouer.

Vient ensuite l'agressivité. Cette énergie peut vous aider à atteindre vos objectifs, mais dans une personnalité de type échec, toute cette agression est dirigée vers des tendances autodestructrices telles que l'inquiétude et l'impolitesse, plutôt qu'un objectif valable.

En troisième lieu vient l'insécurité ou le sentiment de ne pas être à la hauteur des exigences. Il est intéressant de noter que l’insécurité est souvent causée non pas par un réel manque de capacité, mais par un système de mesure déformé. En d’autres termes, si vous vous comparez à un idéal imaginaire, probablement impossible, vous ne vous sentirez jamais plus confiant.

Quatrième place est la solitude, le sentiment d'être aliéné des autres. Des personnes seules se coupent les routes qui pourraient mener à un environnement social sain, ne peuvent agir et luttent pour réussir.

Le cinquième trait d'échec est l'incertitude ou éviter des erreurs en ne prenant jamais de décision. C’est un échec dans l’action et la réalisation des objectifs, précipité par la fausse prémisse selon laquelle vous ne devriez pas agir si vous n’êtes pas certain de réussir. Puisqu'aucun chemin ne peut être trouvé, aucune décision n'est prise et vous êtes à l'abri de l'échec - ou du succès, d'ailleurs.

Sixième vient le ressentiment, une tentative de rendre digeste l'échec personnel plus facilement en le blâmant sur un traitement injuste.

Enfin, le vide, symptôme de l'échec même. Ce sentiment résulte du sentiment que la vie est ennuyeuse et qu'aucune poursuite ne vaut la peine d'être atteinte.

Si vous remarquez l’un ou l’autre des traits ci-dessus, il est temps de changer les choses. Ensuite, vous apprendrez précisément comment s'y prendre.

 

Prenez soin de vos émotions et libérez votre vraie personnalité.

Lorsque vous subissez une blessure physique, votre corps forme une cicatrice pour protéger la zone endommagée. De cette manière, le tissu cicatriciel est un moyen naturel de prévenir de nouvelles blessures au même endroit.De même, les gens ont tendance à former des cicatrices émotionnelles pour protéger leurs sentiments blessés. Cependant, de telles cicatrices ne vous protègent pas uniquement de la personne qui vous a blessé au départ; ils peuvent également vous séparer de toutes les autres personnes. Après tout, ils construisent un mur émotionnel qui empêche les amis et les ennemis de se rencontrer.Cela étant dit, vous pouvez surmonter cela en vous offrant un lifting émotionnel. Ce processus s'apparente à une opération chirurgicale sur vos émotions, mais plutôt que le scalpel, le pardon est votre principal outil.Tout comme un instrument chirurgical pointu, un pardon authentique peut éliminer les anciennes blessures et permettre ainsi la guérison. Mais pour vraiment pardonner, vous devez oublier le sentiment que vous avez été lésé et même l'acte de pardon lui-même.Ensuite, une fois que vous aurez supprimé vos cicatrices émotionnelles, vous pourrez laisser libre cours à votre véritable personnalité, qui vient de l’intérieur. De nombreuses personnes ont inhibé les personnalités qui les empêchent d’exercer leur potentiel créatif et de s’exprimer.Par exemple, le bégaiement est souvent le résultat d'une inhibition. Cet empêchement de la parole est causé par une tendance excessive à l'auto-surveillance, ce qui génère trop de commentaires négatifs.C’est un bon exemple de la manière dont on peut empêcher une fixation sur ce que les autres pensent et veulent de vous.Pour surmonter ce sentiment débilitant, il est nécessaire de pratiquer la désinhibition. Chose intéressante, bien que les gens aiment dire qu’il faut réfléchir avant de parler, l'inverse est indispensable. En parlant avant de penser, vous pouvez bannir les pensées timides telles que «aurais-je dû faire cela?». Ceci est la première étape sur votre chemin pour déverrouiller véritablement votre personnalité créatrice.

 

2 méthodes à utiliser pour libérer l’esprit dans un monde de bruit permanent

Imaginez que vous êtes à la maison en train de lire un roman en silence. Votre téléphone commence à sonner et vous sautez instinctivement de votre fauteuil préféré en vous précipitant pour répondre à l'appel.

En un clin d'œil, vous êtes passé d'un état d'esprit paisible à un état d'agitation. Et qui peut vous en vouloir? La sonnerie est un signal que vous avez appris à obéir. Mais la vérité est que vous n’avez pas à répondre au téléphone; vous pouvez tout aussi facilement l'ignorer.

C'est là que réside la première technique permettant de garder l'esprit tranquille: commencez par éviter les différentes cloches qui sonnent autour de vous. Ce terme désigne tous les stimuli perturbateurs qui peuplent votre environnement. Les cloches sont des objets auxquels vous avez été conditionné pour réagir par la force de l'habitude.

Par exemple, les avertissements parentaux font que la plupart des enfants ont peur des étrangers. Bien qu’une telle tendance puisse remplir une fonction raisonnable chez les enfants, elle se poursuit jusqu’à l’âge adulte, ce qui rend beaucoup de personnes mal à l'aise avec des personnes qu’elles ne connaissent pas.

Les étrangers sont devenus des cloches auxquelles la réponse apprise est la peur et l'évitement.

Cependant, vous pouvez surmonter ces réponses conditionnées en pratiquant plutôt la relaxation. En d'autres termes, si vous le souhaitez, vous pouvez apprendre à laisser sonner la cloche.

Un bon moyen d’abandonner cette pratique consiste à retarder votre réponse, par exemple en comptant jusqu'à trois avant de répondre au téléphone. À partir de là, vous pouvez prolonger lentement le temps jusqu'à ce que vous finissiez par ignorer complètement la cloche.

Une autre façon d’atteindre la tranquillité d’esprit consiste à aménager une salle silencieuse pour vous permettre de vous retirer du monde. Vous pouvez le meubler avec tout ce que vous trouvez relaxant - peut-être un beau paysage ou votre œuvre d'art préférée. Ensuite, lorsque vous avez quelques instants à gagner entre vos rendez-vous ou lorsque vous prenez le bus, calmez-vous l'esprit dans votre chambre calme.

 Pour obtenir le livre*

Accès Amazon    Psycho-Cybernetics: Updated and Expanded

 

*En achetant le livre via notre lien, CEO Corner est commissionné par la vente. En achetant le livre avec nous vous contribuez au renforcement de notre action. Nous vous remercions par avance de votre contribution.