Fiche du livre

The One Thing

Gary Keller

Hello les CEOs,

Bienvenue sur CEO Corner, communauté pour apprendre toujours plus sur l’entrepreneuriat et la finance.

Aujourd’hui, nous vous proposons le résumé de The One Thing de Gary W. Keller.

Cool et alors ?

Well, ce livre a été écrit pour une raison simple : la plupart d’entre nous sommes inefficaces dans notre travail pour plusieurs raisons.

Ah oui, et Gary est qui pour m’expliquer la vie ?

Gary est le co-fondateur de Keller Williams Reality, qui est l’une des plus importantes entreprises d’immobilier aux USA. Son livre The One Thing est designé best seller par le New York Times et le Wall Street Journal. Prêt à voyager à travers son livre ?

 

Résumé du livre par Guillaume Buisson - Tous droits réservés

 

Ne pas voir grand peut limiter vos chances d’atteindre vos objectifs

Quand Arthur Guinness a créé sa première brasserie, il avait clairement des projets bien plus ambitieux que celui de produire quelques fûts de bière. De même, quand J. K. Rowling a conçu l’idée d’Harry Potter, elle avait imaginé 7 livres avant même d’écrire le premier chapitre du premier.

Ces deux personnes ont ensuite connu un succès extraordinaire, ce qui était en grande partie dû au fait qu’elles n’avaient pas peur de penser grand.

Il est difficile d’imaginer qu’ils auraient obtenu un si grand succès s’ils n’avaient pas réussi à voir aussi grand. Pourtant, pour la plupart des gens, l'idée de grandes idées ou de grandes réalisations est décourageante et présente des associations négatives, telles que se sentir dépassé et intimidé. Ces pensées négatives nous empêchent de voir grand.

Lorsque nous ne parvenons pas à voir grand et à laisser ces associations négatives nous dominer, notre pensée se rétrécit et nous réduisons nos trajectoires. Nous limitons activement nos réalisations potentielles en nous condamnant à la... médiocrité.

Pensez à la science et aux progrès qu’aurait eu la science si elle n’avait pas osé penser à des possibilités auparavant inimaginables, telles que l’humanité puisse respirer sous l’eau, voler dans les airs ou explorer l’espace. L’histoire nous dit que nous avons fait un travail remarquablement médiocre en matière d’estimation de nos limites. Nous ne devrions donc pas laisser les limites que nous percevons contraindre nos aspirations.

Le succès exige une action, et l'action nécessite une réflexion. Mais pour obtenir des résultats extraordinaires, nos actions doivent être fondées sur une réflexion globale.

 

Et si nous mettions des priorités ?

La plupart des gens dressent de temps à autre des listes de tâches à effectuer pour suivre toutes les tâches qu'ils ont à accomplir. Mais une fois que vous avez votre liste, comment décidez-vous sur quel élément travailler en premier ? C’est là que le travail se complique.

Commencez-vous avec les tâches qui prennent le plus de temps ou faites-vous cocher les petites tâches en premier ? Ou vous les effectuées dans l'ordre où ils ont été écrits ? Cette approche est en opposition avec un point clé : tous les éléments n’ont pas la même importance.

En fait, il est probable que seuls quelques-uns d’entre eux auront un impact profond. C’est pourquoi ils devraient bénéficier de la plus haute priorité. Cette conclusion peut être tirée des travaux de Joseph M. Juran, un pionnier de la gestion du contrôle de la qualité. Lorsqu'il travaillait pour General Motors, il a découvert que la majorité des défauts de leurs voitures provenaient d'une poignée de défauts de production. Il était clair que la réparation de ces failles devrait être la priorité absolue. Juran a appelé sa conclusion le principe de Pareto, d'après un économiste italien, Vilfredo Pareto, qui a écrit un modèle de répartition de la richesse et des revenus dans l'Italie du XIXe siècle. Dans ce modèle, Pareto a montré que 20% de la population possédait 80% des terres. Juran avait noté que ces proportions correspondaient aux siennes : 80% des erreurs provenaient de seulement 20% des défauts.

Juran s'est rendu compte que ce principe 80/20 peut en fait être une loi universelle : 80% de vos résultats sont toujours fournis par 20% de votre travail.

 

Les implications de ce principe sont claires : les tâches de votre liste de tâches ne sont pas aussi importantes ; un petit nombre d'entre eux contribueront le plus à votre réussite. Donnez la priorité à vos tâches pour vous concentrer sur celles qui permettront d’atteindre la plus grande proportion de vos résultats.

 

 

Savoir bien positionner son focus vous aidera à établir des priorités, à créer des tâches atteignables et à atteindre vos objectifs.

Au sujet du succès, Mark Twain a dit :

« Le secret pour avancer est de commencer. Le secret de la mise en route consiste à diviser vos tâches complexes en petites tâches facilement gérables et à commencer dès maintenant par la première. ”

 

Ok merci du bon conseil, mais il peut être difficile de savoir où vous voulez aller et quelle doit être la première tâche à accomplir pour y arriver. Cette énigme est précisément celle du focus, une question spécialement conçue pour vous aider à identifier à la fois où vous voulez aller et comment vous pouvez commencer votre voyage :

"Quelle est l’unique chose que je peux faire, de sorte que tout le reste devienne plus facile ou inutile ?"

Cette question peut être posée à deux niveaux, chacun remplissant sa propre fonction :

Premièrement, au niveau macro, la question du ciblage peut vous aider à voir la « big picture » et à identifier votre objectif général : LA SEULE chose que vous voulez faire et atteindre dans la vie. Par exemple, ici, votre UNIQUE chose pourrait être votre objectif de carrière global.

Deuxièmement, à un niveau plus pratique, à court terme, la question de focalisation vous fournit un petit objectif pour hiérarchiser vos différentes options et sélectionner la tâche la plus efficace pour commencer. Ici, vous cherchez la seule chose que vous puissiez faire maintenant ; par exemple, « Faites cet appel téléphonique ».

Le premier niveau consiste à trouver la bonne direction dans la vie ; la seconde concerne le choix de la bonne action.

En vous posant de manière répétée la question du positionnement de votre focus, non seulement vous visez l'objectif mais vous fournissez des étapes concrètes qui se renforcent mutuellement, créant ainsi des progrès et une dynamique. Continuez à vous demander cela, et qui sait ce que vous serez capable de réaliser ? Let’s do it !

 

 

Le secret d'une vie disciplinée est la formation séquentielle d'habitudes.

Lorsque nous pensons à quelqu'un qui a autant de succès que Bill Gates, nous avons tendance à attribuer son succès phénoménal à l'extraordinaire autodiscipline qui lui a permis d'apprendre à programmer des ordinateurs au cours de ses années d’études. Ce niveau de discipline semble être un objectif décourageant et irréalisable. Comment les gens qui réussissent maintiennent-ils une telle discipline ?

Mais en regardant de plus près, nous constatons que la clé de leur succès n’est pas tant d’appliquer constamment une énorme quantité de disciplines pour rester concentré et motivé, mais d’utiliser la discipline de manière sélective pour former de bonnes habitudes durables.

La success story de Michael Phelps en est un bon exemple. Il est largement admiré pour sa concentration et sa discipline. Et pourtant, enfant on lui a diagnostiqué un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention. On pensait qu'il ne pourrait jamais se concentrer sur quoi que ce soit.

 

Comment c’est possible ?

Il a canalisé toute la discipline qu'il pouvait rassembler pour créer une habitude : nager tous les jours. Pendant près de dix ans, de l’âge de 14 ans aux Jeux olympiques de Beijing, il s’entraînait sept jours sur sept, 365 jours par an.

Une habitude n'est que le début. Il est beaucoup plus facile de maintenir les habitudes que de commencer, alors une fois que quelque chose devient une habitude, vous pouvez changer votre discipline pour en former une nouvelle et ensuite la construire de manière séquentielle. Par exemple, vous pouvez commencer par entrer au bureau 30 minutes plus tôt chaque jour pour vider votre boîte de réception avant l'arrivée de vos collègues. Une fois que cette habitude est établie, vous pouvez en tirer parti en incitant votre discipline à rester concentré sur une tâche particulière pendant de plus longues périodes. Une fois que cette habitude est formée, vous pouvez passer à la suivante.

Développer des habitudes positives en appliquant sélectivement une discipline vous donnera l'apparence et les avantages d'une vie disciplinée, sans avoir besoin d'une discipline surhumaine.

 

Être multi-tâche, mauvaise idée

Le multitâche est horriblement inefficace : choisissez une chose et accordez-lui toute votre attention.

De nos jours, il est généralement admis qu’être multitâche est une bonne chose. Nous comprenons généralement le terme comme étant faire deux ou plusieurs choses simultanément. Mais il a été inventé à l'origine pour décrire un ordinateur utilisant un seul processeur pour travailler sur plusieurs tâches. Une distinction qui, en l'occurrence, est très révélatrice.

Bien que nous puissions faire certaines choses en même temps, par exemple marcher et parler au téléphone, nous ne pouvons pas faire, c’est se concentrer efficacement sur deux tâches en même temps. Cela signifie que souvent, lorsque nous pensons effectuer plusieurs tâches à la fois, nous jonglons en réalité avec deux tâches ou plus, en passant de l’un à l’autre comme le fait un ordinateur.

La recherche a montré que, pour les humains, ce changement de tâche est pénalisant dans le temps, car il faut du temps pour passer d’une tâche à une autre puis se recentrer sur une autre. Ce coût en temps peut être faible dans le cas de tâches relativement simples, mais il augmente considérablement lorsque la tâche à laquelle vous revenez est plus complexe.

Par exemple, si vous travaillez sur une feuille de calcul compliquée et qu'un collègue vous interrompt pour parler d'un problème commercial délicat, vous perdez du temps lorsque vous revenez à la feuille de calcul et que vous avez du mal à vous rappeler où vous en étiez et ce que vous étiez.

Pendant la journée, ces pénalités s’ajoutent rapidement, en particulier dans l’environnement de travail. On estime qu'en moyenne, les employés de bureau sont distraits toutes les 11 minutes et consacrent jusqu'à un tiers de la journée de travail à se remettre de ces distractions. Pouvez-vous vraiment vous permettre de perdre un tiers de votre journée de travail ? Oh non...

Alors déterminez ce qui compte le plus pour le moment et accordez-lui toute votre attention.

 

Votre volonté est énergie précieuse, préserver là pour les moments où vous en aurez vraiment besoin.

La plupart des gens sont douloureusement conscients de ne pas avoir une volonté absolue. (Et souvent se plaignent de procrastiner. J ) Cependant, les recherches montrent que notre volonté, ressource non constante, évolue à des rythmes différents tout au long de la journée, en fonction des activités que nous réalisons.

Par exemple, notre volonté est épuisée lorsque nous prenons la décision de nous concentrer, de réprimer nos émotions ou de modifier notre comportement dans la poursuite d'un objectif. Lorsque notre volonté est épuisée, nous sommes moins en mesure de l'exercer si d'autres tâches font appel à cette ressource.

Cela expliquerait pourquoi vous ne pourrez peut-être pas résister à une collation savoureuse après une période de prise de décisions difficiles ou de travail fastidieux.

Céder à un plaisir coupable est une chose, mais si vous prenez des décisions vitales lorsque votre volonté est faible, les conséquences sont potentiellement beaucoup plus graves.

Des recherches impliquant des juges de libération conditionnelle israéliens montrent que : les juges étaient beaucoup plus susceptibles de rendre des jugements favorables au début d'une audience de libération conditionnelle qu'à la fin. Cela est dû au fait que les juges avaient tendance à se fier à la décision par défaut de « non-libération conditionnelle » à mesure que la journée passait et que leur volonté était faible. Le taux de jugements favorables a repris après des pauses et une collation.

La volonté à pleine puissance nécessite un réservoir plein. Planifiez donc votre journée de manière à éviter de prendre des décisions ou des jugements importants lorsque vous êtes à court de force.

 

Refuser des tâches sans importance est essentiel si vous voulez concentrer vos efforts sur les plus importants.

Nous avons tous du mal, à un moment ou à un autre, à dire non aux demandes, car nous voulons être utiles. Aider les autres peut être très gratifiant, mais pour conserver votre temps et votre énergie au service de vos plus grands objectifs, vous devez refuser les demandes moins prioritaires.

Steve Jobs était célèbre à propos de sa fierté pour les projets qu’il n’avait pas poursuivis. À son retour chez Apple en 1997, il a ramené sa production de 350 produits à seulement dix. C'est beaucoup d’abandon. Lors d’une conférence en 1997, il a expliqué : « Quand on pense à se concentrer, on se dit :« Se concentrer, c’est dire oui. » Non ! Se focaliser, c'est savoir dire non. "

Dire non aux gens tout le temps ne doit pas forcément être fait froidement ni égoïstement. Vous pouvez toujours essayer de leur proposer une solution de remplacement ne nécessitant pas votre aide ou de les rediriger vers une personne plus utile.

Pensez également à mettre en œuvre des stratégies qui réduiront le nombre de demandes reçues. Par exemple, en demandant à votre personnel de consulter une liste de questions fréquemment posées avant de vous contacter. Cela peut aider, mais souvenez-vous: vous devrez parfois toujours refuser les gens si vous voulez réussir.

Avec peu de temps et de ressources, vous devez être prêt à refuser des tâches triviales si vous voulez concentrer votre énergie et réussir les tâches les plus importantes.

 

Vivre avec un but et visualiser les étapes pour atteindre votre objectif vous mènera à des résultats extraordinaires.

Imaginez un instant que vous n’ayez actuellement aucun objectif ni ambition concrète. Comment décider des priorité chaque jour ? Pensez-vous que vous persévériez dans une tâche difficile et fastidieuse sans savoir pourquoi vous le faites ? Nooon.

Lorsque nous imaginons le scénario ci-dessus, nous réalisons à quel point il est important de viser un objectif. Cela donne à votre vie un sens et un but supplémentaires, ce qui conduit à une plus grande clarté dans vos pensées, à une plus grande conviction dans vos actions et à des décisions plus rapides. Mais surtout, savoir pourquoi vous faites ce que vous faites fournit inspiration et motivation lorsque des problèmes surviennent.

Avec un objectif en place, vous pouvez commencer à planifier les étapes pour l’atteindre, mais c’est encore mieux si vous visualisez chaque étape en cours de route, car cela vous motive et vous prépare à la route. Ces effets bénéfiques ont été mis en évidence dans une étude réalisée auprès d’élèves à qui on avait demandé lors de la réalisation d’un test de visualiser le résultat de l’examen ou le processus de préparation et de prise du test. Les étudiants qui ont visualisé le processus ont des niveaux de motivation plus élevés. Ils étaient mieux préparés et ont par la suite obtenu de meilleurs résultats.

Imaginez que vous avez trouvé votre grand objectif : vous voulez escalader le mont Everest. Votre objectif est soudain clair : c’est la SEULE chose que vous souhaitez faire. Vous devez maintenant faire des recherches, commencer une formation et vous procurer le bon équipement. Grâce à votre objectif, vous faites déjà des plans, visualisez les étapes et progressez dans cette direction.

Définir un objectif - la seule chose que nous voulons faire et atteindre dans la vie - est un objectif que nous devrions tous viser.

 

Ne limitez pas votre vie personnelle pour atteindre des objectifs professionnels, mais donnez la priorité absolue à votre temps de travail.

Nous nous efforçons tous d’avoir une vie équilibrée - de partager notre temps de manière égale entre toutes les choses qui nous importent - mais nous le faisons sans nous demander pourquoi et ce que nous essayons réellement de réaliser.

Il est compréhensible que nous recherchions l’équilibre, car toutes les exigences de notre vie professionnelle et de notre vie personnelle semblent tellement importantes, mais en réalité, cette vision d’une vie équilibrée est impossible à obtenir et indésirable. Si vous essayez de tout faire, vous finirez par changer tout ce que vous faites, tant dans votre vie personnelle que professionnelle.

L'auteur James Patterson a résumé ce dilemme lorsqu'il a déclaré : « Imagine la vie est un jeu dans lequel tu jongles avec cinq balles. On les appelle travail, famille, santé, amis et intégrité. Et vous les gardez tous dans les airs. Mais un jour, vous comprenez enfin que la balle de travail est en caoutchouc. Si vous la laissez tomber, elle va rebondir. Les quatre autres balles sont en verre.

Comme le montre la citation, nous ne devons jamais sacrifier les priorités de notre vie personnelle lorsque la pression est forte au travail. Les dommages causés peuvent être irréparables. Mais si notre vie personnelle a toujours la priorité, comment pouvons-nous réussir professionnellement ?

L'astuce consiste à hiérarchiser impitoyablement votre temps de travail pour vous concentrer sur des objectifs professionnels. Dans votre vie personnelle, négliger un domaine peut être périlleux ; mais dans votre vie professionnelle, vous avez la priorité absolue et tout le reste est négociable. De temps en temps, des priorités moins importantes devront être minimisées, obligées d'attendre ou gérées par quelqu'un d'autre jusqu'à ce que ce qui compte vraiment soit fait. Cette approche vous permettra de vous concentrer sur votre travail le plus important, en lui donnant la concentration nécessaire pour obtenir d'excellents résultats.

 

Pour vous concentrer sur UN SEUL élément, vous avez besoin de stratégies efficaces de gestion du temps et d’accepter moins de performance dans d’autres domaines.

Supposons que vous ayez découvert votre unique obsession, la priorité essentielle que vous devez atteindre, et que vous ayez un plan clair des étapes nécessaires pour atteindre votre objectif.

Vous êtes tous prêts à conquérir le monde, mais avec un seul petit problème : la vie n’a pas de bouton Pause. Pendant que vous travaillez, que vous travaillez sur votre chef-d’œuvre, le monde n’attend pas patiemment que vous ayez fini. Les choses s'empilent. Il y aura toujours d'autres personnes et projets qui requièrent votre attention.

Imaginez que vous travaillez sur un gros contrat. Vous devrez faire des sacrifices. Votre travail habituel va s'accumuler ou être délégué à des collègues.

À mesure que d’autres problèmes surgissent, la pression monte en paralèlle. Apprenez à faire face à cette situation en ayant confiance en le travail que vous accomplissez. Votre priorité absolue se concrétisera pour vous et simplifiera d'autres domaines de votre vie. En bref, laissez-les problèmes s’empiler.

Alors, maintenant que vous vous concentrez sur votre ONE, comment tirer le meilleur parti de votre temps ?

Planifiez des périodes de temps pour travailler sur votre SEULE chose, engagez-vous et défendez-les comme s'il s'agissait de vos rendez-vous les plus importants. Vous devez également vous assurer que votre environnement physique ne vous empêche pas d’utiliser ce temps efficacement. Pendant le temps de travail, vous devez minimiser les distractions potentielles. Pensez à travailler en dehors de votre bureau si cela n’est pas possible.

De telles techniques vous permettent d'accorder à votre priorité n°1 l'attention qu'elle mérite.

 

3 actions à mettre en place dès maintenant :

  • Priorisez vos actions dans votre TO DO list
  • Rappelez-vous dès le début de la journée qu’elle est l’action la plus importante à faire aujourd’hui
  • Ne pas chercher à faire plusieurs choses à la fois

 Pour obtenir le livre*

Accès Amazon  Passez à l'essentiel ! Comment réussir tout ce que vous entreprenez : la méthode THE ONE THING

 

*En achetant le livre via notre lien, CEO Corner est commissionné par la vente. En achetant le livre avec nous vous contribuez au renforcement de notre action. Nous vous remercions par avance de votre contribution.